Homélie de Mgr Georges Colomb pour le Jeudi Saint
j-aide-mon-eglise annuaire-diocese

Homélie de Mgr Georges Colomb pour le Jeudi Saint

Homélie de Mgr Georges Colomb pour le Jeudi Saint

L’institution de l’eucharistie, jeudi saint, célébrée depuis le IVème siècle, nous fait entrer dans le triduum pascal, un seul mystère pascal, plusieurs célébrations !

En ce jeudi saint, nous pensons à l’institution de l’Eucharistie et l’évangile de St-Jean que nous venons de lire nous rapporte la scène du lavement des pieds !

St-Paul dans la 1ère lettre aux Corinthiens nous met en mémoire les paroles prononcées par Jésus sur le pain et le vin. La liturgie de ce jeudi saint au cours de laquelle nous fêtons l’institution de l’eucharistie vient nous faire méditer sur le sens profond de la messe que nous célébrons chaque dimanche, sur les rapports de Jésus avec ses disciples et aussi sur nos rapports les uns avec les autres.

Instants tragiques, instants émouvants avant la passion et la résurrection du Seigneur ! Nous célébrons en ce temps de Pâques des passages importants dans l’histoire de l’humanité. Aujourd’hui, Dieu passe humblement dans l’histoire des hommes et vient rappeler à l’homme sa vocation de frère et de serviteur.

Qui sont ces hommes ?

Jésus et les disciples

Pierre :

  « Jamais tu ne me laveras les pieds… «

Puis quelques instants plus tard :

« Tu me laveras aussi les mains et la tête… »

Esprit de contradiction, esprit versatile qui au cours du repas va promettre à Jésus qu’il est prêt à aller avec lui en prison mais Jésus lui prédira son triple reniement.

Les autres disciples :

St-Luc nous rapporte qu’après l’institution de l’eucharistie, ils discutent entre eux pour savoir lequel est le plus grand et dans la soirée, lors de l’arrestation de Jésus, ils vont s’enfuir (Mt 26,56).

Au jardin des oliviers, Pierre, Jacques et Jean vont s’endormir au lieu de veiller avec Jésus.

Et nous ?

Nous pouvons sans doute nous reconnaître dans cette faiblesse humaine ! Dormons-nous ? Sommes nous enthousiastes  comme Pierre qui promet puis qui renie ?

Une chose est sûre, cette main secourable du Seigneur qui réveille les disciples nous est aussi tendue et c’est le gage de notre rédemption !

Vivre en communion avec le Seigneur et entre nous suppose le service humble du frère !

 Ce soir plus que jamais, Jésus manifeste son amour pour ces hommes fragiles, vaniteux. Il les aime jusqu’au bout et il exprime cet amour de deux manières :

  • par le lavement des pieds
  • par la fraction du pain et par la coupe

« Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi ». Ce soir, Jésus accomplit le même geste pour chacun d’entre nous. Nous qui sommes pécheurs, il vient nous purifier, nous libérer. Il nous aime d’un amour personnel qui appelle une réponse personnelle.

Jésus manifeste amour et humilité. En lavant les pieds des apôtres, il les fait entrer dans la vertu d’humilité.  Ce geste normal à l’époque de Jésus revenait habituellement à un serviteur de la maison, geste ingrat et humiliant. Il fait le don total de sa personne pour le salut de l’humanité et la gloire de son Père. Il nous prépare à entrer dans sa passion, il nous prépare au don de l’eucharistie qui appelle le don de soi-même !

Il quitte son vêtement, annonçant ainsi le dépouillement de son corps de chair pour entrer dans son corps de gloire.

Par la fraction du pain, il se donne !

Il prend le pain, il le bénit, le rompit, le donna à ses disciples…

Ceci est mon corps donné pour vous,  pour que vous ayez la vie…

De même, il prend la coupe et la donne à la multitude en disant « Voici mon sang versé pour vous »

En communiant ensemble au corps et au sang du Christ, nous sommes en communion avec le Seigneur et nous sommes en communion les uns avec les autres, mais ce mystère de communion trouve toute sa dimension dans ce geste humble et délicat du lavement des pieds. Nous sommes avant tout des serviteurs à l’image de celui qui s’est abaissé et qui bientôt va mourir sur la croix pour nous !

Fête de l’amour du Christ pour ses apôtres  et pour nous, institution de l’eucharistie, la fête que nous célébrons en ce jeudi saint  est aussi la fête de l’amour de Jésus pour son père.  Cet amour de Jésus pour son Père passe par son amour pour l’humanité. Ainsi nous qui sommes rassemblés dans cette cathédrale, nous ne pouvons pas communier en vérité au corps du Christ si nous ne sommes pas d’humbles serviteurs de nos frères. Comment servir nos frères aujourd’hui ? de multiples manières, chacun selon son charisme, son âge, son état de vie ! Les jeunes étudiants du diocèse qui vont partir le mois prochain à Athènes au service des Migrants pendant trois mois et l’étudiante qui ira à Jérusalem en lien avec l’œuvre d’Orient au service de nos frères chrétiens éprouvés sont un bon exemple de ce que peuvent faire des jeunes pour servir leurs frères. C’est par son amour sans limite que Jésus a rendu gloire à son Père. Au jardin des oliviers, il dira  « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe, cependant que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse mais la tienne ». C’est par amour pour nos frères que nous rendrons gloire à Dieu !

La coupe de la communion avec les disciples est la coupe de la passion qu’il ne refuse pas au cours de son combat au jardin des oliviers. Passion et communion sont consommées dans une même coupe. Demandons cette grâce d’une communion vraie, d’une communion fidèle et passionnée avec le Seigneur et entre nous !

+ Georges Colomb

Menu