De Corme Royal à Aulnay | Diocese La Rochelle
don-80 annuaire80 presse-80 newsletter-80

De Corme Royal à Aulnay

Des églises de Saintonge, on connaît pratiquement tout de leurs corps. Mais qui nous en dira l’âme ? Qui forgera la clef de leurs images ? Clés de l’art, clés de voûte d’un univers symbolique ? Il faut entrer dans "le rêve de pierre" comme l’appelait Baudelaire.

L’Homme médiéval a cru et il a écrit dans la pierre, il a gravé, peint, sculpté : discours ou message de sa communauté populaire et priante ? L’iconographie parle. En choisissant les thèmes du mystère chrétien, impossible d’échapper à la magie de l’art quand le croyant et l’artiste pénètrent dans l’univers caché, par un acte unique, celui de la contemplation.

L’art épouse naturellement la théologie. C’est un mariage fécond où chacun révèle ce qu’il est et apporte, par sa différence, sa contribution à la connaissance de ce qui les dépasse tous les deux : Dieu, qui se situe au-delà de tout langage et de toute image. En prenant Dieu pour conjoint, l’art choisit de décrire l’indescriptible ; dès lors il suggère, il révèle plus qu’il ne décrit. Art symbolique comme celui du XII ème, il renvoie à autre chose que ses propres formes et en ce sens il est une des meilleures expressions du divin et l’une des plus hautes de la vie.

Jean - Pierre Samoride

.

Corme Royal

Dans cette église svelte, placée sous le vocable de Saint-Nazaire et prieuré de l’Abbaye aux Dame, la décoration des deux étages disposés suivant la division tripartite de l’ouest, est répartie sur tous les arcs qui les garnissent. Cela donne une grande richesse et un équilibre à l’ensemble.

.

.

.


 Fenioux

Photos : Lanterne des Morts et Église Notre Dame de l’Assomption

Au flanc d’un vallon verdoyant, aujourd’hui peu habité, nous allons trouver une église qui évoque à sa base les plus anciens essais des édifices chrétiens de saintonge et s’épanouit dans la seconde moitié du XIIème siècle comme une des plus belles fleurs de l’art roman de la région


Aulnay

L’édifice daterait de la seconde moitié du XIIème siècle, c’est-à-dire d’une époque ou l’art roman jetait son dernier éclat dans les deux écoles régionales du Poitou et de la Saintonge. Il faut donc s’attendre à en retrouver les caractères distinctifs, harmonieusement amalgamés dans ce monument situé à leur point d’aboutissement et de rencontre. C’est une des richesses propres à Aulnay, entre tant d’autres églises qui nous restent de ce XIIème siècle dans les deux provinces. (Texte de l’atelier en Cœur Meurtry)

Menu