Le bas-relief du martyre de saint Clément à Cabariot | Diocese La Rochelle
j-aide-mon-eglise annuaire-diocese

Le bas-relief du martyre de saint Clément à Cabariot

La petite église de Saint-Clément-de-Cabariot, toute proche de la Charente, présente une façade occidentale romane sans doute de peu postérieure au milieu du XIIème siècle. Au-dessus d’un rez-de-chaussée à trois arcades – la porte et deux arcatures aveugles – règne une corniche à modillons qui souligne un léger retrait du mur.

Le sommet du frontispice, très sobre, s’achève par un clocher-arcade à deux baies. Sur les trois arcades du rez-de-chaussée, la sculpture est grasse, faite d’éléments végétaux traités avec beaucoup de maîtrise et de souplesse.

On remarque l’arc polylobé à l’intrados de l’archivolte du portail. Mais le motif qui nous retiendra plus spécialement consiste dans le tympan de l’arcade de droite : on y voit une barque ventrue voguant sur des flots agités, une ancre étant suspendue à la coque. Quatre personnages ont pris place à bord.

Bien que le sommet du bas-relief soit très mutilé, il est possible d’y reconnaître une scène très connue de la légende de saint Clément, le patron de l’église. Il s’agit de Clément de Rome, troisième successeur de Pierre suivant la liste des papes.

Il est connu par sa lettre aux Corinthiens datant de la fin du Ier siècle. La légende de son martyre prit forme seulement au VIème siècle. Elle le présente alors relégué en Chersonèse sur l’ordre de l’empereur Trajan, puis jeté à l’eau avec une ancre au cou.

.

Mais la mer s’étant ensuite retirée de trois milles, on découvrit son corps dans une petite chapelle de marbre. Tout cela est bien évidemment légendaire, mais il est intéressant de voir comment, au milieu du XIIème siècle, on a tenté d’illustrer un épisode marquant de l’histoire du saint patron de cette paroisse en le faisant figurer avec tout le réalisme possible au portail de l’église.

Menu