Le mariage mystique de Sainte Catherine d’Alexandrie | Diocese La Rochelle
don-80 annuaire80 presse-80 newsletter-80

Le mariage mystique de Sainte Catherine d’Alexandrie


Photo : Groupe en bois sculpté église de Rioux.

Les œuvres d’art antérieures aux guerres de religion qui ornent les églises d’Aunis et de Saintonge sont d’une rareté extrême. Il n’en est que plus remarquable de pouvoir admirer dans la belle église romane de Rioux un groupe polychrome en bois sculpté, que l’on désigne comme le mariage mystique de Sainte Catherine d’Alexandrie.

On admet que cette œuvre vient du château de Rioux, et qu’elle a pu être exécutée à la demande de François de Beaumont, en l’honneur de Catherine de Souza-Bragance, une fille d’honneur de Louise de Savoie, la mère de François Ier.

Il s’agit donc d’une œuvre du XVIème siècle ; et si ce n’est certainement pas une œuvre de premier plan, on n’en admire pas moins la grâce du mouvement des trois personnages. On a prétendu que la Vierge serait figurée sous les traits de Louise de Savoie, et sainte Catherine sous ceux de Catherine de Souza.

La scène représentée est ici celle du mariage mystique de la sainte, qui reçoit l’alliance du Christ-enfant porté dans les bras de la Vierge. Catherine d’Alexandrie est figurée comme une jeune fille, presque une enfant.

Elle est d’ailleurs invoquée comme la patronne des jeunes filles. Son histoire, considérée aujourd’hui comme entièrement légendaire, la représente opposée à la fureur de l’empereur Maxence, dont elle aurait confondu les rhéteurs par son savoir, avant de subir le supplice de la roue, et d’être enfin décapitée.

La tradition du mariage mystique connut un grand engouement au Moyen Age. Elle perdure dans l’anneau que portent certaines religieuses, et que veulent porter également certains prêtres, en signe de leur union définitive au Christ.

Menu