Homélie du dimanche 29 décembre 2019. Dimanche de la Sainte Famille

Publié le 30 décembre 2019

 L’Eglise aujourd’hui fête la Sainte Famille : Jésus, Marie et Joseph quelle belle image pouvons-nous contempler encore aujourd’hui en nous penchant sur la crèche. Oui, le Verbe incarné, Jésus est né dans une famille et il a voulu nous en laisser un modèle parfait pour le bien des époux et des enfants.

La Famille est une petite Eglise

 Le livre de Ben Sirac le sage nous montre l’attachement des Juifs à la famille, aux liens de filiation avec les obligations morales qui en résultent… Saint-Paul, dans la lettre aux Colossiens nous rappelle les qualités indispensables qui sont des fruits de l’esprit : humilité, douceur, patience, bonté, pour assurer l’harmonie familiale et il indique à chaque membre de la famille (père, mère, enfants) ses obligations. L’apôtre ne se contente pas de cette énumération, il place en premier ce qu’il y a de plus important : l’amour et la paix du Christ qui doit régner dans le coeur des hommes car, dit-il, vous, formez un seul cœur. Autrement dit, la famille est bien plus que ce que le code civil définit, elle est bien plus que ce que les liens du sang établissent, la famille est une petite Eglise, comme l’a exprimé le saint pape Jean XXIII. Pour cela, l’apôtre nous recommande deux nourritures saines et indispensables : la parole de Dieu et la louange.

 Est-ce que vous priez en famille, Chers frères et sœurs ? Est-ce que vous avez le souci de vous instruire mutuellement en partageant la Parole de Dieu ? Est-ce que vous chantez en famille des chants qui expriment votre reconnaissance ?         

 Nous vivons dans une société désenchantée, toujours en état de guerre sociale, il est bon, notamment pour les enfants, de savoir reconnaître les bienfaits du Seigneur et de les chanter en famille. Il est bon d’apprendre aux enfants que la vie n’est pas seulement faite de ce que la société civile nous montre et que le bonheur n’est pas dans le bulletin de salaire (même si cela apporte une aide !). Le bonheur est dans l’amour de Dieu partagé en famille et au-delà de la cellule familiale et ce bonheur, personne n’en a le monopole.   

 La Sainte Famille nous montre aussi un modèle de fidélité religieuse car elle remplit parfaitement ce qui est prescrit par la loi, les traditions d’Israël : la circoncision, la purification, les pèlerinages à Jérusalem. Dieu n’est pas mis de côté. Elle va même parfois au-delà de ce qui est demandé car elle souhaite plaire à Dieu. Elle nous apprend donc à ne pas négliger l’éducation religieuse de nos enfants. Apprenons leur à aimer le Seigneur, notre Eglise, disons leur qu’ils y ont  une place. Apprenons leur, par l’exemple, la valeur de la prière en famille.

La famille, premier lieu de la solidarité et de la gratuité

La Sainte Famille nous montre l’exemple d’une grande unité, y compris dans les épreuves et un grand amour mutuel. Chacun de ses membres aime l’autre et il est aimé par lui. Il semble qu’il y règne un grand bonheur, une grande paix et cela est parfaitement vrai. On pourrait se dire que la Sainte famille est bien trop éloignée de nous et de nos réalités quotidiennes. Il n’en est rien. La Sainte Famille est bien d’actualité et plus encore de nos jours où la famille est attaquée et qu’on semble vouloir remettre en cause son existence même. Les enquêtes sociales montrent que lorsque la famille éclate suite à une séparation des parents, c’est pour tous, surtout pour les femmes, une cause d’appauvrissement et pour les enfants une cause d’échec scolaire et de moins bonne réussite professionnelle. L’individualisme qui caractérise les réformes législatives actuelles en est la cause.

 Oui, la Sainte Famille est bien proche de nous car elle a, ne l’oublions pas trop vite, traversé biens des épreuves, mais elle les a traversées courageusement. Souvenons-nous de la naissance de Jésus qui, elle a été un moment de bonheur parfait, mais elle s’est produite, entourée de grandes difficultés. La sainte famille, au moment de la nativité, était sur les routes, elle n’a pas été accueillie, elle s’est retrouvée dans une grande pauvreté lors de la naissance de Jésus. Elle aurait sans doute voulu lui offrir plus de confort matériel : une maison, un lit… Mais elle lui a en réalité offert bien plus, et elle lui a même offert le principal : l’amour des parents.

 La sainte famille a vécu la pauvreté, l’exil, car elle a dû tout quitter pour fuir en Egypte. Mais ces épreuves ont été traversées avec courage et confiance en Dieu. Les épreuves aident bien plus qu’on ne le croit à renforcer l’amour qui unit la famille et à se recentrer sur l’essentiel. Oui, il nous faut, nous aussi traverser des épreuves, des moments difficiles, mais nous trouverons dans la famille une grande aide pour les traverser. Lorsque nous aussi, nous devrons les affronter, pensons à invoquer la Sainte Famille, pensons à l’exemple qu’elle nous a laissé. Cet exemple est précieux et nous devons le méditer.

 Si nous voulons préserver l’unité de nos familles, il faut savoir oublier nos intérêts individuels, nos égoïsmes, car ils sont la cause des séparations. Il est urgent de penser à l’autre, de penser qu’une séparation peut être évitée, que nos actes ont des conséquences sur les autres. Ne pensons donc pas seulement à nous-même, mais pensons au bien des enfants et efforçons-nous de leur offrir un foyer aimant et de leur donner, dans l’éducation, des points de repères qui les aideront à construire leurs vies. L’éducation chrétienne donne cela et donne bien plus encore. Elle apprend à aimer Dieu, le Bon Dieu.

 Souvenons-nous aussi que si nous souffrons parfois de la famille, cela est bien souvent  l’une des conséquences de l’amour que nous lui portons,  car nous voulons ce qu’il y a de meilleur pour nos familles, pour ceux que l’on aime et nous ne réussissons pas toujours, c’est pourquoi, il faut bien se garder de juger, les couples, nos amis qui sont les premières victimes des séparations. Il n’y a que l’indifférence qui ne fait pas souffrir ! Ne reculons donc pas devant les épreuves, elles passeront mais l’amour ne passera pas, il se renforcera !

 La Sainte Famille nous offre un modèle d’amour conjugal, de collaboration, de sacrifices, de confiance dans la divine providence, de travail, de solidarité, de bonheur sobre et vrai, bref, de toutes les valeurs que la famille préserve et fait grandir. Toutefois, la Sainte Famille est unique et différente des autres, car elle accueille le Fils de Dieu.

 Demandons dans notre prière au Seigneur, par l’intercession de la Sainte Famille de nous venir en aide, prions pour l’unité des familles ; Faisons connaître, par notre exemple, le mariage chrétien. Prions pour nos enfants et efforçons-nous de leur offrir un foyer rempli d’amour.

+ Georges Colomb

Évêque de La Rochelle