Le Quebec à l’honneur à La Rochelle le 8 juin, en l’église Saint-Sauveur

Publié le 27 mai 2019

Le Quebec sera à l’honneur le samedi 8 juin à La Rochelle.

A l’occasion de l’installation dans notre diocèse, des reliques de Saint François de Laval, 1er évêque du Québec, une messe sera célébrée par Mgr Colomb samedi 8 juin à 10:00 en l’église saint-Sauveur de La Rochelle, en présence du représentant de l’archevêque de Québec et du Supérieur général de la société des Missions Etrangères.

A 11:00 des plaques commémoratives seront dévoilées en l’honneur des Trudeau du Québec dans la chapelle dédiée à Mgr de Laval.

En savoir plus ici

Monseigneur Georges Colomb encensera les reliques de saint François de Montmorency-Laval et nous prierons Dieu le Père qui a suscité dans l’Église ce saint missionnaire, pour évangéliser le Québec, fonder le Séminaire des Missions Etrangères, en vouant sa vie à l’imitation du Christ.

La vénération des reliques des saints


Depuis quand l’église vénère-t-elle les reliques des saints ? Historiquement le culte des reliques a commencé avec le témoignage des martyrs. Les premières communautés chrétiennes célébraient l’eucharistie sur leurs tombeaux à cause de l’espérance de la résurrection des corps lors du retour du Christ et de la foi en sa présence réelle et mystérieuse dans l’Eucharistie. Puis au IVe siècle apparaît la déposition de reliques sous l’autel de l’église que l’on consacre ; pendant longtemps on scellera des reliques dans les autels : le lien qui les unit peut être suggéré par la liturgie d’adoration et de louange décrite dans l’Apocalypse.

En quoi consiste la vénération de reliques ? Selon la Tradition, les Saints sont l’objet d’un culte dans l’Eglise, et l’on y vénère leurs reliques authentiques et leurs images. Il faut respecter le sens religieux du peuple chrétien qui de tout temps a entouré la vie sacramentelle de l’Eglise par de telles formes de piété légitimes. C’est la bonté de Dieu que nous vénérons dans ses saints. Leurs corps seront ressuscités et glorifiés, et c’est Dieu que nous adorons en honorant les reliques des saints, précise Thomas d’Aquin, à cause de l’âme qui était unie à leur corps et qui maintenant jouit de Dieu, et à cause de Dieu qu’ils ont servi corps et âme.

Quel est le sens de la vénération des reliques : Le concile Vatican II enseigne que l’Église vénère les reliques des saints dont la vie est pour nous un exemple et en qui nous contemplons les merveilles du Christ. «Celui qui est affectionné pour quelqu’un, vénère aussi les choses que cette personne a laissées d’elle-même après sa mort » dit simplement saint Thomas d’Aquin.

La signification de cet événement ? Nous vivons notre foi en un lieu concret à une époque donnée, avec Dieu et le prochain. L’Église est signe et instrument de l’union avec Dieu et de l’unité du genre humain, c’est la communion des saints.