‘Vous dites espérance ?’ le nouveau livre de Mgr Bernard Housset, évêque émérite.

Publié le 4 avril 2019

C’est avec joie que nous saluons ici la parution du nouvel ouvrage de Mgr Bernard Housset « Vous dites espérance ? » Marie-Françoise Le Perff nous partage ici l’interview du père Housset parue dans le journal paroissial Passeurs de La Rochelle Centre.

Passeurs : Père Housset, vous venez de sortir chez Médiaspaul  Editions un nouveau livre intitulé «  Vous dites Espérance ? » Peut-on dire qu’il s’agit de votre troisième livre ?

P. Bernard Housset : Plutôt le deuxième car pour le premier livre « Joie de croire, joie de vivre » si j’en suis le réalisateur, je n’en suis pas l’auteur. L’auteur en est le père François Varillon, et j’aime à dire que j’ai travaillé comme une abeille pour ce livre, car j’ai butiné sur les notes personnelles et les manuscrits du père Varillon, et j’en ai extrait ce livre qui continue à aider de nombreuses personnes à se situer par rapport à l’essentiel de la foi.  Quant à « l’Estime de Dieu » il est sorti en 2012 et j’avais regroupé des textes écrits lorsque j’étais évêque de La Rochelle et Saintes. Concernant mon dernier livre intitulé « Vous dites Espérance » qui est sorti le 21 février, l’idée m’est venue progressivement en constatant que beaucoup de gens aujourd’hui se demandent s’il y a un avenir dans une société qu’ils trouvent incertaine. Beaucoup de gens aussi doutent de l’Église, sans même parler des abus sexuels. Mais par rapport à cette question, les abus sexuels,  je suis persuadé qu’il fallait crever l’abcès. Le pape Benoît XVI a commencé, le pape François continue et c’est très bien. Cela nous fait souffrir mais il en sortira du bien.

Donc durant l’année 2018, j’ai repris certains de mes textes, études, commentaires écrits au cours de mes dernières années d ‘évêque de La Rochelle et Saintes ainsi que des textes écrits en tant que curé de Saint-Aigulin. Le fil conducteur est l’Espérance, la véritable espérance fondée sur la foi en Dieu, et mon souhait est que ce livre permette au lecteur de mûrir son espérance et de réagir aux difficultés qui sont les nôtres aujourd’hui.

Passeurs :  J’ai personnellement trouvé que c’était un livre accessible à tous

P. Bernard Housset :    Oui j’y tiens. Souvenez-vous,  je me suis occupé de Diaconia avec le Conseil national de la Solidarité. Cette démarche qui avait été bien préparée dans notre diocèse, avait eu une délégation importante à Lourdes à l’Ascension 2013. Il y avait eu des groupes de paroles des pauvres qui s’étaient mis en place et j’avais retenu l’expression d’une personne dans un groupe qui avait dit que « il fallait faire en sorte que la parole du prêtre soit comprise non seulement de ceux qui sont à l’intérieur de l’Église mais également de celui qui fait la manche à la porte de l’église. » Je n’ai jamais oublié cette parole et j’essaie de parler et d’écrire simplement, mais être simple sans être simpliste. 

Passeurs : Le lecteur trouvera quatre parties et vous avez tenu à proposer quatre grandes raisons d’espérer.

P. Bernard Housset : Tout d’abord méditer Dieu qui a confiance en la personne humaine ; Ayons confiance, à la suite de Dieu, en chaque personne ;

Ayons confiance pour bâtir le fraternité ;

Ayons confiance en l’avenir de la société et de l’Église, même si nous sommes affrontés à de grands défis et nous ne savons pas si nous n’aurons pas de grandes épreuves dans les années qui viennent.

Passeurs: Pour le dernier chapitre « espérer en la société et en l’Église » est-ce à dire que vous faites un parallèle ?

P. Bernard Housset : L’Église est dans la société, on ne peut pas différencier les deux. L’Église, si elle veut être fidèle à sa mission qui est de témoigner du Christ, doit être insérée dans la société. Il faut qu’elle soit dans le monde sans être du monde selon la phrase du Christ.

Un exemple, j’ai consacré un chapitre aux personnes homosexuelles. Il y a eu de nombreux débats il y a quelques années et j’avais une position traditionnelle, et puis un article que j’ai lu dans la revue « Études » m’a fait évoluer, cet article écrit par un jésuite belge m’a transformé et je montre qu’un évêque peut changer d’avis tout comme pour les divorcés remariés où j’ai repris les paroles du pape dans son exhortation apostolique « Amoris laetitia » sur la vie de famille, un texte très évangélique que j’ai essayé de présenter afin que les divorcés remariés se rendent compte qu’ils sont intégrés dans l’Église.

Passeurs : Père Housset, vous consacrez plusieurs pages à la  femme.

P. Bernard Housset :  Là aussi je me rends compte que les choses évoluent lentement. Il est important de prendre conscience de l’égalité fondamentale des femmes et des hommes, hommes et femmes ont un rôle à jouer dans l’Église. J’essaie donc d’aller de l’avant et de mettre sur pied la figure de l’Église esquissée par le concile Vatican II, une figure où chacun a sa place et où tous ceux qui le veulent, peuvent être responsables et de l’animation et de la Mission de l’Église.

                                                      Propos recueillis par Marie-Françoise Le Perff

Editions MEDIASPAUL- 272 pages- En vente en librairie 20€

Mgr Housset dédicacera son livre à l’occasion d’une conférence le vendredi 17 mai à 20h à la Maison de la parole du Centre Jean-Baptiste Souzy de La Rochelle. Entrée libre.

Toujours le 17 mai, Mgr Housset sera à la librairie Siloë de La Rochelle,
22 bis, rue Fleuriau de 16h à 18h pour une séance de dédicace.