Pourquoi avons-nous besoin d’être sauvés ?

«Il suffit de regarder autour de soi, explique le théologien Bernard Sesboüé, nous sommes habités par un désir profond et exigeant de bonheur qui durerait toujours et par le besoin incoercible d’aimer et d’être aimé. Mais ce bonheur parfait nous ne pouvons l’atteindre par nos propres moyens ! Nous avons donc besoin d’être arrachés à notre insatisfaction, à notre manque de bonheur. Autrement dit, nous sommes habités par un désir de salut.» 

Comment pourrais-je mieux connaître Jésus ?

C’est d’abord par ses œuvres, par son action en faveur des hommes et de chaque homme que Jésus se donne à connaître vraiment, et révèle le visage de Dieu. Les épîtres de Paul, -premiers textes chrétiens- comme les quatre évangiles sont autant de témoignages en ce sens ; ils visent à répandre une Bonne Nouvelle : en Jésus, Dieu s’est fait proche de l’homme, il s’est fait homme, (Jean 1, 14) et il a donné sa vie pour nous tous. Et il n’y a pas d’abord là une réalité intellectuelle mais existentielle, en ce sens que ces témoins en ont fait eux-mêmes l’expérience.
Aller plus loin

si de nombreux disciples de Jésus ont été les fondateurs de ces multiples Églises, qui ont bientôt couvert tout l’Empire Romain, on peut affirmer que seul Jésus, crucifié et ressuscité, laissant à ses amis son Esprit, est la source de cette croissance à visée universelle.
Cela implique que chaque Église locale soit à la fois une Église du Christ, vivant de sa présence et d’un lien permanent à lui et qu’elle soit « en communion avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom du Seigneur » (Lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens, chapitre 1, verset 2).
Poursuivre