« Tenons bon ! »
j-aide-mon-eglise annuaire-diocese

« Tenons bon ! »

Ordonné le 5 mai dernier, Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes, publie son premier éditorial dans le numéro d'été d'Eglise en Mission, notre journal diocésain. Nous le publions également sur notre site internet.

Le numéro de juillet et août de notre revue « Eglise en Mission » consacré à la préparation de l’été en Charente-Maritime fait part de propositions à destination des nombreux visiteurs, touristes et autres pèlerins que nos communautés chrétiennes accueilleront. Je ne doute pas que chaque personne soit accueillie comme je l’ai été moi-même, c’est-à-dire très bien, par Mgr Housset et les nombreux amis prêtres, religieux, religieuses, diacres permanents et fidèles laïques du diocèse.

Merci ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit. Je passe du stade de la découverte à celui de la prise de conscience de certains défis. Je mesure la chance que j’ai eue en étant envoyé par le Saint-Père dans cette belle région. La Charente-Maritime est belle à plusieurs titres ! La beauté et la variété des paysages, la richesse de son passé, la beauté de notre Eglise riche d’un passé qui est gage d’un bel avenir. Le sang des prêtres martyrisés en haine de la foi sous la Terreur n’est-il pas semence de chrétiens ? Notre Eglise est vivante dans sa modestie. Je m’en aperçois lors de chaque rencontre, chaque réunion, chaque célébration en différents lieux du diocèse. La célébration, à Royan le 18 juin, de l’admission de Louis Chasseriau parmi les candidats au sacerdoce est un premier pas !

Petit à petit, je perçois quelques enjeux, je vais en citer quelques-uns. La Rochelle est une ville universitaire qui, malgré la crise, connaît une vitalité que d’autres cités peuvent lui envier. Cette prospérité n’est pas propre à La Rochelle, elle est visible dans d’autres parties du département, même si hélas certaines zones sont marquées par la crise que traverse notre pays. Des pauvres, vous en aurez toujours, nous a dit le Seigneur, nous les avons, nous les voyons. Ils arrivent de toutes les parties du monde et notre Eglise avec d’autres est présente auprès d’eux, avec eux. Le Secours catholique dont nous avons fêté les 70 ans est à leur service.

Nous pouvons citer quelques priorités à prendre en compte parmi les préoccupations pastorales : les collégiens et lycéens ; les étudiants ; les jeunes professionnels. Ils sont présents, nous échangeons avec eux. Les différents acteurs pastoraux vont à leur rencontre sur le terrain mais le nombre de jeunes auxquels nous transmettons la foi est tout petit ! Il y a un défi de taille à relever par chacun d’entre nous et cela commence à partir de l’éveil à la foi.

Cette faiblesse de notre Eglise a pour conséquence le petit nombre de personnes confirmées, le petit nombre de jeunes qui répondent à l’appel du Seigneur pour annoncer l’évangile dans notre diocèse, pour devenir prêtre diocésain. Nous ne pourrons pas faire l’économie d’une réflexion sur le témoignage que nous donnons, sur notre façon de vivre notre vocation de Baptisé, quel que soit notre état de vie et tout particulièrement pour nous qui sommes prêtres. Sans tarder, il faudra prendre des initiatives pour laisser davantage de place et une place originale aux jeunes dans nos célébrations et initiatives diverses.

Le monde du tourisme est particulièrement important dans note diocèse dont la population augmente de manière considérable en période estivale. Des personnes diverses sont notamment concernées par cette pastorale bien vivante, tout particulièrement dans certaines parties du département (Royan, île de Ré, île d’Oléron…). En premier lieu il y a les touristes, mais aussi tous ceux qui vivent du secteur tertiaire (commerçants, propriétaires de campings, de gîtes d’accueil, hôteliers, salariés..). Il nous reste à faire appel à notre intuition pour inventer sans cesse de nouvelles manières de rejoindre ces personnes sur leurs lieux de vie.

La célébration du sacrement de la confirmation m’a permis de mesurer le travail accompli par les équipes pastorales, les animateurs d’aumônerie. J’ai noté des différences dans l’accompagnement et la formation des confirmands, mais le désir de partager sa foi et l’amour du Christ sont visibles partout.

Le pèlerinage du 1er mai sur l’île Madame m’a permis de faire connaissance avec nos frères et sœurs gens du voyage quelques jours avant la célébration de mon ordination épiscopale. Ils sont habités par le désir d’annoncer le Christ, de rassembler la communauté par la prière et de la faire grandir.

Les mois qui viennent me permettront d’aller à la rencontre d’autres communautés que je n’ai pas encore rencontrées. Je le ferai avec joie notamment en me déplaçant pour la célébration de la messe dominicale en divers lieux du diocèse.

Chers amis lecteurs, je saisirai ce rendez-vous épistolaire avec vous pour vous faire part de la joie qui m’habite, ce n’est pas une joie irresponsable. Elle est nourrie et entretenue par l’Eglise qui m’accueille dans le diocèse de La Rochelle et Saintes, par la certitude qu’il y a du pain sur la planche, de nombreux défis à relever, que nous sommes en terrain missionnaire et que nous ne sommes pas suffisamment nombreux pour transmettre la foi ! Nous sommes baptisés, nous sommes envoyés pour partager notre foi, y-a-t-il plus belle mission sur cette terre ?

Notre Eglise appelle, notre Eglise rassemble, notre Eglise partage, notre Eglise célèbre et nous devons veiller à ce que la prière ait sa place dans nos communautés, notamment dans celles où le manque de prêtres se fait sentir en zone rurale, mais ailleurs aussi. La prière, ce n’est pas seulement la célébration de l’eucharistie, c’est l’oraison, l’adoration, la liturgie des heures qui nous tient en étroite communion avec nos frères et sœurs moines, moniales et contemplatifs. Prions pour que la vie consacrée soit davantage présente dans notre diocèse. Pensons à la présence admirable des religieuses en villes et en zones rurales. Les communautés prennent de l’âge, il faut tout faire pour que la louange de Dieu soit chantée, pour que les pauvres soient visités ; qui le fera ?

J’invite les jeunes qui s’interrogent sur leur avenir à rencontrer des prêtres, religieux et religieuses ainsi que moi-même. Si vous voulez faire don de votre vie au Seigneur pour le Royaume de Dieu, si vous voulez que votre vie ait du sens, sachez que le diocèse vous accueillera, prendra en considération votre histoire, votre parcours personnel, qu’il vous accompagnera, que le lieu de votre formation sera choisi. Soyez des hommes libres, ne vous préoccupez pas de la rumeur publique, des commentaires, des modes, de ce que pense la majorité. Soyez tout simplement vous-même avec la grâce de Dieu !

Saint-Paul nous le rappelle dans la lettre aux Galates, C’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés, tenons bon !

+ Georges COLOMB
Evêque de La Rochelle et Saintes
27 juin 2016

Menu