La Messe est la source et le sommet de notre vie chrétienne, elle nous donne d’avoir part à la Parole et à la Vie eucharistique du Seigneur ressuscité. En commandant à ses apôtres de « faire cela en mémoire de moi», Jésus organisait déjà son Église autour de ce mystère de sa Présence que les chrétiens reçoivent fidèlement tous les dimanches.

Je peux moi aussi prendre part à l’accompagnement de la liturgie

Dans la suite immédiate de la Messe, l’adoration eucharistique est le prolongement plus contemplatif de ce mystère : Le Corps du Seigneur, exposé à nos regards, est “en acte de se livrer” et nous prend ainsi dans le rayonnement de sa Présence. Le véritable adorateur se laisse pacifier et appeler à la conversion par son Seigneur puis il est envoyé en mission dans le monde.

Le chapelet désigne à la fois une prière, et l’objet de piété utilisé pour guider cette prière vocale et répétitive, mais c’est aussi une prière méditative : À chaque dizaine est associé un « mystère », c’est à dire l’évocation d’un moment de la vie du Christ ou de la Vierge Marie. « Le rosaire se situe dans la meilleure et dans la plus pure tradition de la contemplation chrétienne » (Saint Jean-Paul II).

La liturgie des heures est le nom donné depuis le XII° siècle à la grande prière quotidienne de l’Église. Les « heures » sont les parties successives de l’Office divin, réparties dans la journée.
L’Église attache une importance à la célébration des « heures » dans laquelle elle voit une source de sa vie spirituelle et apostolique, en participation à la prière du Christ lui-même.

D’autres prières. La prière est essentielle à la vie des chrétiens. Répéter une prière, la méditer, en éprouver toute la saveur, vibrer avec elle, pour qu’elle devienne comme une respiration, c’est entrer dans le mystère du dialogue entre Dieu et l’homme.