Les cinq déménagements de la résidence de l’évêque…

– Le 4 mai 1648, le diocèse de La Rochelle est créé par le pape Innocent X, après la victoire de Richelieu sur les protestants. A l’époque, la résidence de l’évêque se trouvait dans l’actuel musée des Beaux-arts, rue Gargoulleau.

– Durant la Révolution française, le bâtiment est récupéré par la commune (en 1790). La résidence de l’évêque se trouve à Saintes.

– Le siège et le titre d’évêque sont recréés en 1801. En 1802, l’évêque revient habiter à La Rochelle, rue Admyrault, jusque dans les années 1870.

– Dans les années 1880, l’évêque habite dans les locaux intégrés plus tard au Muséum d’histoire naturelle, dans l’actuelle rue Albert 1er (Jardin des plantes).

– A la suite de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905, ce local est mis sous séquestre par l’Etat. L’évêque, qui cherche une résidence, part s’installer provisoirement au Couvent des Dames blanches, rue Saint Michel.

– Le premier évêque à résider dans l’actuel évêché est Mgr Eyssautier, en 1906. Depuis, tous les évêques de La Rochelle y résident.

Cette église Saint-Jean dont il ne reste que le clocher…
– L’église Saint-Jean est construite au Moyen Age. En 1544, un magasin de poudre explose, lui causant de graves dégâts. Elle est rasée en 1556. Une nouvelle église sans grand intérêt architectural est élevée en 1660. L’élégant clocher – toujours debout – est construit en 1754.
Dans un état alarmant de vétusté, l’église est désaffectée en 1878. Elle est rasée en 1887.

La chapelle Saint-Jean élevée par les Lazaristes (prêtres de la Congrégation de la Mission fondée en 1625 par saint Vincent de Paul, apôtre de la charité au XVIIe siècle) vivaient à La Rochelle sous l’ancien Régime. Ils reviennent s’installer à La Rochelle en 1850 pour diriger le grand séminaire de La Rochelle – devenu depuis le lycée Dautet. Dans les années 1890, d’autres Lazaristes installés près de l’église Saint-Eutrope de Saintes s’installent provisoirement au grand Séminaire de La Rochelle. Ils s’installent ensuite rue Saint-Jean, dans l’actuel évêché où ils élèvent la chapelle Saint-Jean en 1895. – N’ayant plus droit d’exercer leur mission sur le sol français, les Lazaristes quittent l’immeuble en 1903.
Ce bâtiment est mis à la disposition de l’évêque quand il commence à rechercher, après 1906, une résidence définitive. – Changement statutaire en 1926 : le local appartient désormais à l’Association diocésaine (association cultuelle spécifique présidée par l’évêque dans chaque diocèse).

Les quelques aménagements de l’évêché…
– L’Association diocésaine aménage un bâtiment administratif en 1953 qui referme le côté sud du jardin de l’évêque. Il est construit sur la sacristie de la chapelle Saint-Jean.
– En 1991, l’association acquiert le bâtiment du 9, place Foch pour y loger des services diocésains.

L’histoire mouvementée du diocèse de La Rochelle et Saintes
Le diocèse de La Rochelle est créé le 4 mai 1648 par le pape Innocent X, après la victoire de Richelieu sur les protestants, pour contrer l’influence protestante dans la région. C’est une conséquence indirecte du siège, victorieux, de la ville en 1627 – 1628. Il s’agit en fait du transfert de l’évêché de Maillezais, dans le Marais poitevin, ruiné par les guerres de Religion au XVIe siècle.
Lors de la période révolutionnaire, le diocèse de La Rochelle disparaît quelques temps, car il a fusionné avec le diocèse de Saintes.
– L’évêque de Saintes est déposé pour avoir refusé de prêter le serment à la Constitution civile du clergé. Il meurt lors du massacre de la prison des Carmes en 1792.
– Le diocèse de la Charente-Inférieure est alors dirigé par un évêque constitutionnel. Sous la Terreur, il renonce à sa tâche. Le concordat de 1801 permet de rétablir le diocèse de La Rochelle. Le siège épiscopal de la Rochelle, supprimé en 1790, est rétabli en 1802. Au concordat de 1801, le diocèse de La Rochelle était composé des deux départements de la Vendée et de la Charente-Inférieure. Au concordat de 1817, la Vendée en a été séparée pour devenir le diocèse de Luçon, mais la décision n’a été appliquée qu’en 1821.
– Auparavant, le diocèse de La Rochelle et Saintes était désigné sous le nom de « diocèse de La Rochelle ». Il prend son nom actuel de « diocèse de La Rochelle et Saintes » à la suite d’un bref apostolique du pape Pie IX, le 22 janvier 1852.