La boussole chrétienne est une rubrique pédagogique sur les sujets de société

Le 18 juillet 2019, le Conseil d’État, saisi par le gouvernement, a validé le projet de loi relatif à la bioéthique. Présenté en Conseil des ministres le 24 juillet 2019, il sera soumis au Parlement pour un vote prévu en octobre 2019. Le projet de loi prévoit notamment d’étendre l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

À cette occasion, la Conférence des évêques de France a livré ses positions lors d’un événement au Collège des Bernardins (Paris) le lundi 16 septembre à 18h30, en présence de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, responsable du groupe de travail sur la bioéthique, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF et Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris.

La conférence aux Bernardins du 16 septembre 2019 sur la bioéthique

LA LOI SUR LA BIOÉTHIQUE « CRÉERAIT UNE INJUSTICE ».
(Interview de Mgr d’Ornellas à Ouest France, par Jeanne Emmanuelle HUTIN – 26/09/2019)

LES FICHES BIOETHIQUES, QUEL MONDE VOULONS-NOUS POUR DEMAIN 20 mars 2018

LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION 20 septembre 2018

OUVERTURE DE L’ASSISTANCE MÉDICALE A LA PROCRÉATION : QUELLES CONSÉQUENCES ? 18 juillet 2019


L’empreinte, l’éthique, et la permissivité

Si la médecine concentre sa science sur les techniques de satisfaction de nos désirs, elle se détourne petit à petit de son objet originel : la conservation et le rétablissement de la santé. Le chrétien, lui, s’émerveille du mystère de la vie donné par Dieu, nous offrant la liberté de prendre part à son œuvre. L’homme étant créé à l’image de Dieu, la vie doit être respectée.

Sans même parler des conséquences pour les enfants, chercher à promouvoir la trituration de la vie, et l’officialiser comme modèle de société, n’est pas une réponse à ce que Dieu attend de nous. Dieu nous attend ailleurs, dans l’élévation de notre âme par un effort personnel vers la proximité spirituelle, dans la sainteté de la vie ordinaire : chacun dans son domaine, à sa place, avec sa personnalité, ses particularités, son histoire, ses dons. Saint Jean-Paul II nous le rappelait : « Dieu est un ami, mais un ami exigeant. La permissivité morale ne rend pas les hommes heureux, la société de consommation ne rend pas les hommes heureux » annonçait-il prophétiquement à Paris en 1980 (Parc des princes).

Dieu n’attend pas que nous cherchions à nous substituer à Lui, nous qui sommes… poussière. C’est une offense à Dieu de malmener l’ordre naturel qu’il a créé par amour pour nous « ce que vous ferez aux plus petits, c’est à moi que vous le faite ». Le chrétien, lui, loue Dieu pour sa création et l’ordre naturel qu’il nous a confié. Dieu attend notre réponse et notre engagement à sa suite.
C’est là le focus de la vie du chrétien : un engagement à la mesure de nos possibilités, dans les plus petites choses comme dans les grandes. C’est l’enseignement du christ, perpétué par l’Église depuis 2000 ans. Désirer et choisir d’être à Dieu par nos actes quotidiens, est le sens de la vie du chrétien, en contradiction totale avec la quête d’un monde sans Dieu tournant le dos à l’éthique pour satisfaire des désirs au détriment des plus petits qui en subiront les conséquences.

« Jésus n’est pas le Seigneur du confort, pour suivre Jésus vous devez sortir de votre confort, de votre vie tranquille, sortez de vos canapés pour marcher sur les routes dont vous n’avez jamais rêvé : Nous ne sommes pas venus dans le monde pour faire de la vie un canapé où nous endormir. Au contraire, nous sommes venus dans le monde pour laisser une empreinte. Dieu attend quelque chose de vous ! Dieu vous attend. Il veut vos mains pour continuer à construire le monde d’aujourd’hui. » Pape François aux JMJ du Panama 2019.