L’histoire du doyenné de Royan, riche et mouvementé, sculpte encore son paysage depuis le site gallo-romain du Fâ (Barzan) où a été retrouvée tout dernièrement la première trace archéologique du christianisme dans le diocèse (début IVe siècle) à la « cathédrale de béton » de Notre-Dame de Royan célébrée par André Malraux, en passant par une somptueuse constellation d’églises romanes (Talmont, Arces, Corme-Royale, Mornac, Corme-Ecluse, Vaux…) qui font la joie et la prière de nombreux visiteurs.

Si certaines d’entre elles portent les stigmates des guerres passées, c’est aussi le rappel que ce doyenné fut une terre d’élection de la Réforme à partir du XVIe siècle et que depuis le concile Vatican II au temps des conflits a succédé le temps du dialogue : la réalité œcuménique est une donnée première pour notre doyenné, ce que manifeste encore le rayonnement de la Communauté  du Chemin neuf présente à l’Abbaye de Sablonceaux depuis près de trente ans.