Les Sœurs Mineures proposent deux soirées spirituelles
au 4 rue Coybo à Saint-Jean d’Angégly

10 août 2019 à 20:30 TRANSITUS
Récit chanté et prié, de l’entrée au ciel de Sainte Claire d’Assise

14 août à 20:30 – Veillée Mariale
Avec les reliques de Saint Maximilien-Marie KOLBE

Sainte Claire, née à Assise le 16 juillet 1194 dans une famille de la noblesse, morte dans cette même ville le 11 août 1253, disciple de saint François d’Assise est la fondatrice de l’ordre des Pauvres Dames (clarisses).

Le 15 septembre 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à Claire d’Assise (1193-1253), une des saintes les plus aimées dans l’Église. Son témoignage « montre ce que l’Église doit aux femmes courageuses et remplies de foi, capables de donner une forte impulsion à sa rénovation ». Puis il a rappelé qu’elle naquit dans une famille aristocratique, qui décida de la marier à un bon parti. Mais à dix huit ans, Claire et son amie Bonne quittèrent leurs foyers et décidèrent de suivre le Christ en entrant dans la communauté de la Portioncule. C’est François qui l’y accueillit, lui tailla les cheveux et la revêtit d’un grossier vêtement de pénitence. Dès lors fut elle une vierge, épouse du Christ, humble et pauvre, totalement consacrée au Seigneur ».
Dès le début de sa vie religieuse, a ensuite rappelé le Pape, « Claire trouva en François un maître avec ses enseignements, et plus encore un ami fraternel. Cette amitié fut considérable car, lorsque deux âmes pures brûlent ensemble du même amour de Dieu, elles trouvent dans l’amitié un encouragement à la perfection. L’amitié est l’un des sentiments les plus nobles et élevés que la grâce divine purifie et transfigure ». L’évêque Jacques de Vitry, qui connut les débuts du mouvement franciscain, a rapporté que la pauvreté radicale, liée à la confiance absolue en la Providence, était caractéristique de sa spiritualité, et que Claire y était très sensible. C’est pourquoi elle obtint du Pape « le Privilegium Paupertatis, confirmant que Claire et ses compagnes du couvent de San Damiano ne pourraient jamais posséder de biens fonciers. « Ce fut une exception totale au droit canonique de l’époque, accordée par les autorités ecclésiastiques devant les fruits de sainteté évangélique produits par le mode de vie de la sainte et de ses soeurs ».
Ce point, a-t-il ajouté, « montre combien au Moyen Âge le rôle de la femme était important. D’ailleurs, Claire fut la première femme de l’histoire de l’Église à rédiger une règle qui fut soumise à l’approbation papale, par laquelle elle voulut que le charisme de saint François fut conservé dans toutes les communautés féminines s’inspirant de leur exemple ». A San Damiano, elle « pratiqua les vertus héroïques qui devraient distinguer tous les chrétiens, l’humilité, la piété, la pénitence et la charité. Sa réputation de sainteté et les prodiges opérés grâce à elle conduisirent Alexandre IV à canoniser Claire en 1255, à peine deux ans après sa mort ». Ses filles spirituelles, les clarisses, poursuivent dans la prière une oeuvre inappréciable au sein de l’Église.
(source: VIS 20100915 430)

Saint Maximilien-Marie Kolbe, prêtre et martyr au camp d’extermination d’Auschwitz (1884-1941)
Il était un frère franciscain conventuel polonais, qui s’est offert à la place d’un père de famille dans le camp de concentration nazi à Auschwitz. Pendant son enfance, la Vierge de Czestochowa lui apparut et lui présenta deux couronnes, une blanche et une rouge, symbolisant la pureté et le martyre. Comme Elle l’invitait à choisir, sa générosité le poussa à choisir les deux.
La lecture des écrits de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort lui apprend que « Dieu veut révéler et découvrir Marie, le chef-d’oeuvre de ses mains, dans ces derniers temps Marie doit briller, plus que jamais, en miséricorde, en force et en grâce » (Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge). Il donne sa vie à la Sainte Vierge. « De même que l’Immaculée est à Jésus, à Dieu, de même chaque âme va être par Elle et en Elle à Jésus, à Dieu, et cela beaucoup mieux que sans Elle », écrira Saint Maximilien. Il décide par la suite de devenir prêtre. Entré au séminaire dans son adolescence, il est ordonné le 28 avril 1918. En 1917, il avait fondé la Milice de la Vierge Immaculée. Les sept premiers Chevaliers d’avant-garde se consacrent à Marie Immaculée le 17 octobre 1917. Ils réciteront une fois par jour la prière suivante : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous et pour tous ceux qui n’ont pas recours à Vous, plus particulièrement pour les francs-maçons et pour tous ceux qui vous sont recommandés ».

En 1939, sa fraternité fournit l’abri à des réfugiés polonais, y compris des juifs. Le 17 février 1941, il est arrêté par la Gestapo, et transféré en mai dans le camp d’Auschwitz, sous le matricule 16670.

En juillet 1941, un homme disparaît dans le bloc 14, où se trouve le père Kolbe. Aussitôt, les nazis sélectionnent dix hommes de la même baraque et les condamnent à mourir de faim. Un des malheureux désignés pour la mort s’écrie : « Oh ! ma pauvre femme et mes enfants que je ne reverrai plus ! ». Alors, au milieu de ses camarades interdits, le Père Maximilien se fraie un chemin et sort des rangs. « Je voudrais mourir à la place d’un de ces condamnés », et il désigne celui qui vient de se lamenter. « Qui es-tu ? » demande le chef. « Prêtre catholique », répond le Père. L’officier, stupéfait, garde un moment le silence puis accepte l’héroïque proposition. Il est exécuté d’une injection de phénol dans le bras qu’il tend lui-même à la veille de l’Assomption et son corps est brûlé dans un four crématoire le 15 août, Solennité de l’Assomption.
François Gajowniczek, le père de famille qui sera sauvé par Saint Maximilien décèdera en 1995.

Saint Maximilien a été béatifié le 17 octobre 1971 par Paul VI et canonisé le 10 octobre 1982 comme martyr par Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II. Il est un des Saints patrons du XXe siècle, des électriciens, des radioamateurs, des journalistes, des prisonniers politiques et des toxicomanes.