L’histoire de Saintes commence avec celle d’une tribu Celtes, les Santons, à qui la ville doit son nom. En 20 avant Jésus-Christ, la cité de mediolanum Santonum fût créé par Agrippa, gouverneur sous l’empereur Auguste, au terminus de la route stratégique qui partait de Lyon et traversait le massif central. Devenu quelques temps la capitale de la l’Aquitaine Gallo-Romaine, la ville comptera jusqu’à vingt mille habitants. 

Lors des invasions des 3ème et 4ème siècle, cette grande cité, laissera place à une petite ville chrétienne, correspondant à l’actuel quartier Saint-Pierre. La ville passera de main en main et deviendra un lieu de passage important pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

Dès le 4ème siècle, Saintes est le siège d’un évêché important regroupant de nombreux territoires alentours et notamment toutes les paroisses constituant l’actuel doyenné. 
Le diocèse de Saintes cessera d’exister en 1801 (le concordat) lorsqu’il sera incorporé au diocèse de La Rochelle (22/01/1801)