Par  Clément Vidal – Courrier Français N° 3916 vendredi 4 au jeudi 10 octobre 2019 (Édition(s) : Charente Maritime)


Un mois pour partir en mission

En octobre, le Pape François a décrété un mois missionnaire extraordinaire pour promouvoir l’esprit missionnaire des catholiques. Dans cette optique, plusieurs actions auront lieu dans le diocèse de La Rochelle et Saintes.

L’année 2019 marque le centenaire de la publication de la lettre apostolique Maximum illud du Pape Benoit XV. Un document dans lequel le souverain pontife prônait un développement de la mission – plusieurs pays européens disposaient alors de vastes empires coloniaux – et une meilleure formation des clergés locaux. Pour célébrer cet anniversaire et promouvoir l’esprit missionnaire des catholiques du monde entier, le Pape François a donc décidé d’étendre la semaine missionnaire mondiale sur un mois. Octobre, mois missionnaire extraordinaire, aura pour thème Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde.

« Allez, de toutes les nations, faites des disciples »

À l’échelle du diocèse de LaRochelle et Saintes, le mois missionnaire extraordinaire doit permettre « d’aider les catholiques du département à s’ouvrir à la dimension universelle de l’Église, explique Katia Mikhaël. Nous ne pouvons pas respirer qu’avec notre poumon local. » Pour cette consacrée, responsable du service de la Mission universelle pour l’Église de Charente-Maritime, tout catholique a le devoir « d’annoncer l’Évangile. Ce n’est pas quelque chose d’obsolète. Et c’est parce que nous sommes baptisés que nous sommes envoyés. » Pour autant, « être missionnaire, ce n’est pas toujours faire sa valise et partir à travers le monde ». Les catholiques peuvent tout aussi bien évangéliser dans leur quartier, au bureau, lors d’une rencontre sportive…

Aussi, « pour qu’ils en prennent conscience », de nombreuses actions se dérouleront tout au long du mois d’octobre dans le diocèse de La Rochelle et Saintes. Le mois missionnaire extraordinaire s’ouvrira avec la venue dans l’île de Ré et à La Rochelle de Mgr Maroun-Nasser Gemayel, évêque de l’éparchie maronite de France, les samedi 5 et dimanche 6 octobre. « Mgr Gemayel nous dira comment est vécue la mission dans les églises orientales », précise Katia Mikhaël. Le prélat maronite clora également l’exposition d’Oeuvre d’Orient à Saint-Martin de Ré et célébrera la messe dominicale en la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle.

Katia Mikhaël, responsable diocésaine du service de la Mission universelle et Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes. Photo: Clément VIDAL

Autrefois missionnaire pour les MÉP (1), Mgr Georges Colomb donnera pour sa part deux conférences autour de la lettre apostolique de Benoit XV : la première le 12octobre à 20heures en l’église Saint-Sauveur de LaRochelle ; la seconde, le 17 à 20heures au Végas à Saintes.

De nombreuses manifestations

Le service de la Mission universelle a également proposé à chaque doyenné de mettre à l’honneur un saint ou une figure locale, en lien avec l’histoire de son territoire. À ce titre, le choix du doyenné de Saintes est révélateur : il mettra en lumière Robert Jacquinot de Besange, un jésuite originaire de Saintes et connu pour avoir sauvé des milliers de Chinois durant la guerre sino-japonaise, en 1937. Des conférences permettront de débattre autour de ces personnages emblématiques. Les doyennés inviteront par ailleurs des prêtres étrangers en mission dans le diocèse à venir échanger sur leurs pays, sur la manière d’exercer son ministère ici ou là-bas.

À noter qu’une journée diocésaine de prière pour la mission est prévue jeudi 17 octobre. Enfin, la journée mondiale de la mission se déroulera dimanche20. Une « messe des peuples » sera célébrée dans toutes les paroisses du diocèse. À cette occasion, le produit de la quête sera reversé aux OEuvres pontificales missionnaires (OPM). « Les OPM sont missionnées par le Pape pour aider les Églises (en Afrique, en Asie…) qui ont besoin de financement », commente la responsable du service de la Mission universelle. Chaque année, elles financent des milliers de projets (formation de séminaristes, de catéchistes, construction d’écoles…) à travers le monde. En 2018, la quête impérée d’octobre avait permis de récolter quelque 20.000 euros pour les OPM.

(1) Missions étrangères de Paris.


Le Courrier Français